Loi biodiversité & centres commerciaux

Installation photovoltaïque sur centre commercial

Loi biodiversité & centres commerciaux

Installation photovoltaïque sur centre commercial

Loi biodiversité & centres commerciaux
Installation photovoltaïque sur centre commercial

Loi biodiversité & centres commerciaux

Une formidable opportunité qu'accélère la Loi Biodiversité.

La Loi Biodiversité d'août 2016 prévoit une mesure spécifique pour les centres commerciaux : l'obligation, pour tout projet dont la demande de permis de construire est déposée à partir du 1er mars 2017, de mettre en place un dispositif de production d’énergie photovoltaïque (ou une végétalisation d’une partie des toits).

Loin d'être un frein pour le développement de bâtiments commerciaux, cette mesure est en fait une formidable opportunité, un placement rentable à tous les niveaux.

Nous vous expliquons pourquoi :

1/ Compétitivité du solaire photovoltaïque : un placement rentable qui valorise votre patrimoine !

Avec la rentabilité croissante du photovoltaïque - et la hausse continue des coûts d'électricité traditionnelle - un bâtiment commercial peut devenir producteur de sa propre électricité.

Un toit couvert d'un procédé d'étanchéité photovoltaïque a d'autres avantages immédiats :

  • Une augmentation de la durée de vie de l'étanchéité ;
  • Une baisse des consommations d'électricité ;
  • Une baisse des charges énergétiques ;


Le tout, via des procédés simples à mettre en œuvre sans percement d'étanchéité (donc aucun risque d'infiltration)

Les gestionnaires de bâtiments ont à leur disposition une large palette de dispositions réglementaires pour optimiser leur investissement : tarif de rachat de l'électricité produite, dispositifs en faveur de l'autoconsommation, appels d'offres de la CRE (Commission de Régulation de l'Énergie)

De nombreux centres commerciaux*, dans la France entière, ont déjà fait le pari gagnant du photovoltaïque sur leur toit. SOLARDIS a équipé avec les procédés Soprasolar de nombreux centres commerciaux, dans le France entière, à retrouver sur cette page : "Référence"

À titre d'exemple :

  • Près de 60% de la toiture-terrasse du Cultura d'Aubagne accueille des panneaux photovoltaïques ;
  • Avec la puissance photovoltaïque installée sur son toit, le CARREFOUR CONTACT de Bagnols-En-Forêt produit chaque année plus de 88 MWh   équivalent à plus de 5 T de CO2 économisés.



Certaines installations sont en place depuis 2008, avec un rendement conforme aux attentes des investisseurs.

Exemple avec les propos à l'époque du propriétaire du Auchan de La Croix Saint Ouen : Marcel Verfaillie
Celui-ci affirmait dès 2010 «J’encourage des chefs d’entreprise à aller vers ces produits» .


Propos recueillis par  LA GAZETTE – OISE, N°3296/80/60 - 23/02/2010 www.picardiegazette.fr

 


2/ Le photovoltaïque : un marché réglementé et contrôlé, avec des solutions techniques conformes aux exigences les plus drastiques.

La filière du photovoltaïque est totalement intégrée, depuis plusieurs années, au processus de construction des bâtiments, qu'ils soient industriels, commerciaux ... Sécurité, respect des règles et normes en vigueur, études d'impact et évaluations préalables … rien n'est laissé au hasard.

Les procédés photovoltaïques sur toitures plates doivent être installés dans le respect des réglementations incendie sur « ICPE » et « ERP », et des préconisations de l' « APSAD D20 » et de la « CCS » de 2013 (Commission Centrale de Sécurité).

En outre, les entreprises de la filière ont une obligation de qualification , augurant du bon respect des préconisations de pose des procédés retenus.

Fort de son expérience de dix ans dans le développement de systèmes d'intégration photovoltaïques sur toitures plates et de plus de 60 MWc de capacité de production installées, SOLARDIS propose :

  • Des solutions globales pour toitures-terrasses assurables sous Avis Techniques et enquêtes de Technique Nouvelle ;
  • Une fiche de déclaration environnementale et sanitaire ;
  • Une garantie globale de vingt ans sur l'ensemble du procédé (y compris l'étanchéité) ;
  • Des procédés répondant aux classements Incendie les plus exigeants (Broof T3) ;
  • Un accompagnement technique et commercial pour une réponse adaptée à chaque projet (bureau d'étude structure, bureau de contrôle) ;
  • Des procédés mixtes associant les solutions Soprasolar et les solutions de végétalisation Sopranature.


3/ Le photovoltaïque : un atout pour l'image du centre commercial.

Les installations photovoltaïques permettent concrètement d'afficher son engagement en faveur d'une réduction de l'empreinte carbone du magasin. Les consommateurs, de plus en plus sensibilisés à la protection de l'environnement, sont plus favorables à des projets commerciaux qui englobent le développement durable dans leur modèle.

Les arguments ne manquent pas en ce sens :

  • 3 ans de « retour énergétique » sur la plupart des centrales photovoltaïques (ensemble du procédé d'étanchéité photovoltaïque mis en œuvre) : un vrai levier dans la transition énergétique ! ;
  • Dans une logique de coût global, les frais de maintenance sont intégrés dès la conception de l'ouvrage, permettant d'appréhender au mieux le retour énergétique de l'installation ;
  • La filière de recyclage de panneaux est maintenant bien organisée. Le double intérêt réside dans le fait de réutiliser des ressources rares et de réduire le volume des déchets.

Bonne santé économique et protection de l'environnement sont donc totalement compatibles !

 

4/ Le photovoltaïque : lien entre smartgrids, centres commerciaux, et territoires de demain.

Les territoires à énergie positive (TEPOS) sont le nouveau champ d'investigation de ceux qui créent la ville de demain. L'énergie produite, consommée, transportée, est l'un des facteurs d'une approche globale, qui envisage les besoins et le potentiel de chaque acteur d'un quartier. Les centres commerciaux peuvent avoir un rôle pivot à jouer dans le développement de ces dynamiques régionales qui voient le jour, en France et ailleurs.